Impact de la nouvelle réglementation – Bâle III – sur le cash pooling notionnel

Dès 2019, le cash pooling notionnel sera impacté par la réglementation (Bale III), en le rendant difficilement accessible aux banques. Selon le site de la société générale, les banques seront amenées à remettre en question ce type de service  soit en renégociant leur prix ou en sortant des relations existantes.

Cash pooling - bale III

Définition/rappel du cash pooling notionnel :

Rappelons que le cash pooling notionnel sert à gérer les différents comptes des filiales en mono ou en multi devises dans un seul compte unique. En vue d’augmenter la sécurité, cette réglementation oblige les banques à déclarer les actifs de leurs clients séparément, ce qui aura des conséquences sur les indices bancaires notamment sur le ratio de levier et le LCR remettant en question cette offre de service pour ses clients.

Par ailleurs, ceci ne changera pas le besoin des entreprises d’une gestion efficace de leurs bilans. Ainsi il sera toujours attractif pour les entreprises ayant plusieurs activités. Ce type de cash pooling   permet une économie importante.

Le cash pooling notionnel, rend possible aux entreprises d’élargir leur périmètre d’activité vers de nouvelles juridictions sans passer par les banques locales pour recevoir des devises locales.

Cash-pooling-bale-III

Négociation du cash pooling notionnel :

Une négociation auprès de la banque est nécessaire,  car le jugement de la banque sera fait au cas par cas. Par exemple, une banque qui possède beaucoup plus de USD que de EUR peut refuser un client dont la trésorerie est basée uniquement sur l’USD contrairement à un client en EUR.

La raison principale derrière ce changement est que le service est tellement impactant que le bilan d’une banque peut en résulter des effets néfastes.

Publicités

Le cashpooling en temps réel

Blockchain-cashpooling

La blockchain au service de la trésorerie et du cashpooling ?

Le cashpooling en temps réel peut devenir une réalité, grâce aux nouvelles technologies financières qui exécutent des paiements quasi-instantanées. La technologie blockchain a tout pour permettre une meilleure visibilité et une meilleure gestion de la trésorerie, de quoi attirer l’attention des trésoriers de groupes.

Les virements instantanés : du rêve vers la réalité ?

Virement-instantané-cashpooling

Le mode de paiement actuel « SWIFT » datant des années 70, a des inconvénients pour les trésoriers et les banques :

  • Les coûts de transfert : les coûts sont importants via les paiements SWIFT, la technologie blockchain offre des coûts réduits (voire nuls). Des start-up ont intégrer la technologie blockchain aux transferts, développant des solutions adaptées aux banques et entreprises. (ex : Ripple).
  • Le délai de paiements : à ce jour les délais peuvent prendre plusieurs jours, surtout les transfrontaliers.

Les limites des crypto-monnaies et de la blockchain

De natures instables à cause des spéculateurs et des événements macro-économique en premier lieu, les crypto-monnaies ont tendance à faire peur aux personnes non-initiées.

Ces monnaies instables peuvent-elles dégrader la trésorerie ?

Pour palier à cette problématique, les entreprises proposant ce type de crypto-monnaies œuvrent pour réguler le prix de leur monnaie, en détenant une partie des fonds.

Que peut-on déduire pour le cashpooling ?

cashpooling-temps-réel

La technologie blockchain est bel et bien au service du cashpooling et de la trésorerie, prochainement on verra sans doute de nouveaux acteurs dans le domaine des crypto-monnaies dont la spécialité serait d’adapter et de mettre à disposition cette technologie aux banques et aux entreprises.

Parmi les inconvénients du cashpooling classique, on retrouve le manque d’efficience du système d’information des banques, ralentissant les traitements des transferts intra-groupe. Comme le montre « Marc ZERBIB », consultant senior chez Gfi, « l’intérêt d’un cashpooling en temps réel, est absolument évident pour un directeur financier ».

 

Progiciel de gestion de trésorerie

logiciel-cash-pooling

Qu’est-ce qu’un logiciel de gestion de trésorerie ?

Définition : les logiciels de gestion de trésorerie permettent de contrôler l’ensemble des activités financières d’un groupe d’entreprise mère et ses filiales, en indiquant les changements de placements et de liquidités, ainsi que les dettes de moins d’un an.
C’est pour ces raison que les logiciels de gestion de trésorerie sont le meilleur moyen pour pouvoir contrôler son activité de manière pratique et de gérer l’ensemble des fonds d’une entreprise.

Pourquoi choisir cette solution ?

A l’époque de la digitalisation des entreprises, les acteurs des marchés essaient de rationaliser la gestion financière, en évitant les problèmes de trésoreries qui surviennent brusquement à cause du manque de suivi et de la faiblesse du système d’information, il permet d’avoir un regard à longue portée pour pouvoir éviter toute mauvaise surprise.

Au-delà de la praticité et la pertinence des prévisions, cette solution sécurise et accroit la transparence de vos fonds, en assurant un contrôle de prés de votre santé financière instantanément.

Il est très important de combiner la solution de cash pooling avec un logiciel qui traitera ces données, toutefois la problématique réside en « quelle logiciel de gestion de trésorerie choisir ? ».

Quel logiciel de trésorerie choisir ?

Il est important de bien réfléchir avant de décider un choix d’un logiciel quelconque, il existe un site qui facilite cette tache.

Lire L’article sur les progiciels de gestion de trésorerie.

Logiciels de cash pooling

Quels sont les logiciels de gestion de trésorerie (cash pooling) ? :

Dans cet article nous aborderons les différents progiciels de gestion de trésorerie, et notamment leur utilité qui diffère en fonction de la taille de l’entreprise.

Logiciel-gestion-trésorerie

Sage : Avec une part de marché de 45%, sage est spécialisé dans « l’intégration » des relevés de comptes, les nivellements de comptes, le cash pooling, le suivi de la situation quotidienne de la trésorerie, et les rapprochements bancaires.

Sage a fait de la gestion de la trésorerie de groupe sa spécialité depuis 2006, avec une offre adéquate pour les entreprises de toutes tailles.

Son offre est constitué de la XRT treasury, un puissant logiciel, fiable, et « user-friendly » qui permet de :

  • Gérer les excédents et les liquidités sur tous les comptes d’un groupe.
  • Régulez et suivre les risques financiers liés aux taux de change, et de contrôler les placements et la dette.

Sage propose une offre adaptée aussi bien pour les groupes présents à l’international que pour les grands groupes, l’outil vous permet d’avoir une vision claire et nette de votre situation de trésorerie actuelle et prévisionnelle.

En ce qu’il s’agit de cash pooling, le XRT Treasury met à disposition des trésoriers  une vision à 360 degrés pour pouvoir suivre les transferts vers le compte pivot (société mére détenant le compte principale où les flux financiers sont centralisés.

Fonctions :

  • Configurer les conditions pour les transferts intra-groupes.
  • Générer automatiquement les opérations courantes.
  • Calcul des agios et des intérêts.

Contrôler tous les types d’opérations via les flux d’exploitation : sweep, cover, encaissements, décaissements, paiements au sein du même groupe.

Logiciel-de-trésorerie

Kyriba :  Cette éditeur a pu s’imposer sur le marché rapidement après sa création en 2002, en passant de 1,20% en 2006 à 25% en 2011. Il fournit aux directeurs financiers et aux trésoriers la visibilité et les rapports dont ils ont besoin pour optimiser leur trésorerie, contrôler leurs comptes bancaires, gérer les liquidités, et assurer la conformité.

Il offre un centre comptable qui génère des écritures de journal pour toutes les transactions bancaires et les paiements. Kyriba prend en charge toutes les solutions ERP y compris ses concurrents SAP, Oracle, NetSuite, Microsoft, et une intégration automatisée pour le grand livre.

Kyriba propose également un service de rapprochement comptable, permettant d’établir un rapprochement entre les comptes des banques pour l’appariement mensuel des données bancaires réelles avec les soldes comptables téléchargés via le grand livre général.

Kyriba améliore la visibilité de la trésorerie et des liquidités, ce qui permet de mieux les mobiliser, d’augmenter leur rendement, et de réduire les frais financiers.

Les capacités de leur logiciel de cash pooling en matière de prévisions de trésorerie sont inégalées avec des options étendues pour l’entrée, l’importation, la modélisation et, la mesure de l’efficacité des prévisions de trésorerie. Avec Kyriba, les clients augmentent la précision et l’horizon de leurs prévisions de trésorerie par jour, semaine, mois ou encore en année.

Kyriba et le cash Pooling :

Les clients peuvent gérer des cash pools notionnels et physiques multidevises, suivre les transactions en espèces et en liquide afin d’offrir des positions inter-sociétés en temps réel et des calculs d’intérêts pour chaque participant au sein de la banque interne du cash pooling.

Kyriba propose un module de compensation multilatéral complet pour la compensation simple ou complexe des dettes et créances multidevises afin de calculer les positions nettes par participant à la compensation. Les clients bénéficieront d’une visibilité globale sur le risque de change et réduiront les coûts de transaction.

DataLog-Finance-300px

Cashpooler par Datalog-Finance : En étant le précurseur dans le domaine de logiciel de cash pooling,  Cashpooler centralise toutes les données financières d’un groupe, pilote et sécurise les transferts intra-groupe.

CashPooler, la première plate-forme de paiement Web complète, centralisant l’ensemble des transactions financières d’une entreprise, rationalise, contrôle et sécurise les transferts intragroupe. Les premiers à l’avoir adoptée ne sont autres que (IBM, Danone, Orange, Thales, EDF…). Les ERP de DataLog Finance sont utilisés dans à peu près 70 pays avec 14000 utilisateurs.

Compatible avec tous les protocoles (SWIFTNet FIN, FileAct, FTP, X400, etc.), doté d’une capacité de sécuriser les transactions bancaires, d’automatiser la générations des relevés de compte et, de les distribuer aux utilisateurs le moment voulu.

Supportant tous formats de fichiers extraits via d’autres applications comme la comptabilité et, de les transférer vers directement vers le système d’information. En plus ils ont une plateforme personnalisable qui s’adapte aux procédures internes de chaque entreprise.

Cashpooler peut facilement être associé aux autres modules de Datalog-finance, en le connectant à Cashmatching ou au logiciel Cashrisk. Il intègre la réforme des virements SEPA qui a été mis en place d’une manière anticipée afin que Datalog-finance permette à l’ensemble de ses clients de passer petit à petit à cette nouvelle norme avant le 1er août 2014.

Les Progiciels de gestion de trésorerie de Datalog-finance sont aussi disponibles en mode Saas (hebergé sur le web), ou en licence pour vous assurer un gain de temps lors de l’implémentation.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, vue qu’il existe un bon nombre de logiciels (ERP) de gestion de trésorerie, mais dans cet article on vous a présenté ceux qui sont les plus utilisés.

Une interview réalisée avec le directeur général de Kyriba :

Les tendances actuelles de la trésorerie des entreprises et l’intérêt du cash pooling

L’enquête a été réalisée sur un échantillon de 800 entreprises (ETI et TGE), dont environ 30% ont répondu au questionnaire.

Cette enquête mensuelle est plus fréquente que celle de l’INSEE qui se fait chaque semestre.

Une enquête révélant les difficultés des trésoriers

Cash pooling

Dans ce début du mois, les sondages ont révélés selon « l’AFTE » ET « Coe-rexecode » que la majorité des trésoriers estiment que leur trésorerie est en phase de dégradation. Bien qu’on a pu constater son évolution dans le mois de mai.

Notons que cette détérioration intervient au moment où la trésorerie globale a atteint son sommet en mai avec près de 9% de solde d’opinion cvs. Ainsi 40% de prétendent que cette dégradation est due à la dépréciation de l’euro face au dollar.

En ce qu’il s’agit des délais de paiement des ETI et TGE, toujours selon  « L’AFTE » ET « Coe-rexecode » se sont améliorés contrairement à ceux des fournisseurs qui se sont dégradés subitement ce dernier mois (novembre).  Les délais de paiement qui représentaient 9% de solde d’opinion cvs en 2014, ont atteint -6.6% en novembre 2017.

Quant aux marges bancaires qui ont connu une légère baisse cette année n’ont variées que très peu ces quatre dernières années. Les marges étaient d’environ  58% de solde d’opinion cvs en 2008, année qui représente un sommet contre -5.9% cette année.

Vous pouvez consulter l’enquête sur le site de l’Afte :

Sur quels critères se base le questionnaire de cette enquête ?

Les critères utilisés pour réaliser cette enquête sont :

  • Les supports de placements (cash, opcvm, tcn…).
  • Types de crédits utilisés.
  • Les délais de paiements (clients et fournisseurs).
  • Influence des critères macro-économique.
  • Evaluation du flux d’exploitation de la trésorerie.
  • Comparaison de la trésorerie du mois actuel avec celles des mois précédents.
  • Impact du BFR, et des investissements.
  • Taux des intérêts payés.
  • Difficultés lors de l’obtention d’emprunts.

Comment le cash pooling peut-il limiter cette dégradation ?

Cashpooling-logiciel

Le cash pooling permet une rationalisation des coûts et une vue globale de l’ensemble de la trésorerie du groupe, ainsi une TGE ou une ETI peuvent mieux gérer ces problématiques via la centralisation de leurs comptes auprès d’un seule banque détenant le compte pivot. Une bonne maitrise de la trésorerie à travers le cash pooling implique de meilleures prévisions de liquidités et une négociation maitrisée auprès des fournisseurs et clients.

Plusieurs progiciels de gestion de trésorerie rendent cette tâche plus facile, leur pertinence pour votre activité dépend de leurs caractéristiques et de vos besoins.  Une trésorerie centralisée vous donnera une meilleure agilité et un meilleur appui lors des prises de décisions, ce qui vous permettra de mieux organiser vos encaissements et décaissements de sorte à ce qu’ils soient adéquats avec votre trésorerie.

De plus de la réduction des frais financiers due à l’accord des prêts entre les filiales, il permet une vision globale dans une interface centralisant les données intra-groupe.

Pour résumer

La satisfaction par rapport aux enjeux du changement de trésorerie des entreprises s’affaiblit de plus en plus ces derniers mois. La plupart des trésoriers interrogés par l’Afte soulignent que la situation de leur trésorerie est en affaiblissement due à la croissance non exponentielle du raccourcissement des délais fournisseurs avec ceux des clients. Le taux d’intérêt des crédits qui constitue les marges bancaires se réduit de plus en plus, lorsque l’acquisition, et les placements sous forme d’opcvm se voient en une croissance légère.

Une des enquêtes de l’afte en vidéo :

Voir l’article sur l’impact de la réglementation Bâle III sur le cash pooling notionnel

Les limites du cash pooling

Le cash pooling, un avantage ou inconvénient ?

Si le cash pooling, semble présenter des avantages évidents pour tous les groupes comportant plusieurs filiales. Ceci n’est pas toujours le cas à cause des situations qui se mettent contre le gré du groupe et ses filiales.

En effet le cash pooling a ses limites et ses inconvénients qui dépendent du contexte des groupes et leurs filiales, mais aussi de leur environnement et de leur culture.

Cas d’autonomie limitée

Financial-autonomy

Commençons par l’autonomie et son implication dans la réussite de l’intégration de cette manœuvre. L’autonomie est le premier point auquel il faut s’intéresser, lors de l’analyse préalable bien avant la mise en place du cash pooling.

Prenant l’exemple d’un groupe dont la culture de trésorerie est décentralisée et dont les activités des filiales sont diversifiées, ou elles fonctionnent d’une manière autonome. Dans ce cas leur trésorerie dépend de l’entreprise mère, ce qui implique un ralentissement de leur processus d’investissement.

Le cash pooling implique la remise en cause des objectifs du groupe par rapport à ceux des sociétés qui le constitue. Ainsi, une société dont l’activité est centralisée chez la société mère peut se voir saisir la totalité des comptes pour le bien du groupe.

Le détournement de fonds vers la société centrale  et son utilisation pour les fins propres du groupe peut constituer une méfiance de la part des sociétés membres.

On souligne que lors de l’installation d’une trésorerie centrale, une attention particulière est demandée vue le nombre de risques qui peuvent impacter le bon fonctionnement des sociétés affiliées.

les dangers au niveau de la législation

Cash-pooling-risk

Les banques sont dotés d’un monopole qui leur permet de protéger les déposants, il est régit par l’article L. 311-1 ET l’article L. 511-5.

Le cash pooling est entré dans la vision du monopole bancaire vue le procédé de la centralisation qui active l’exécution constante d’opérations de crédit. La violation de la loi du monopole bancaire n’engendre pas de sanctions liées au contrat de prêt, par ailleurs elle engendre des sanctions sous forme de dommages et intérêts dont le montant peut atteindre selon la loi en vigueur un montant de 375000 euros d’amende et une peine de 3 ans d’emprisonnement.

Néanmoins à travers l’article L.511-7 autorisant les opérations de prêt intra-groupe, permet d’éviter ces sanctions à condition que les filiales et la société mère soient liées via une convention qui donne droit à des opérations de crédits mutuelles. En savoir plus.

L’intérêt du groupe avant tout

Cashpooling-trésorerie

Une autre limite du cash pooling, est la priorité donnée à l’intérêt du groupe, ceci peut être au détriment des sociétés membres. Cette décision peut être prise par l’actionnaire majoritaire qui détient le pouvoir central et qui peut jouer en sa faveur en priorisant ses besoins propres.

On relève dans ce contexte, que la jurisprudence a présenté une clarté sur le système de cash pooling, qui stipule que la convention doit être faite en contrepartie d’assistance égale sous peine d’être annulée.

Dans le système de cash pooling, la suspension de paiements est difficile à mettre en place quand les banques donnent droit à des concours bancaires exceptionnels, qui porte le nom de « umbrella line ».

« Umbrella line : n’est autre que cette structure de compte central qui regroupe un ensemble de comptes afin de partager une seule ligne de crédit ou de les regrouper. Une fois que les comptes à placer sont choisi sous la structure « umbrella line », les garanties détenues dans ces comptes exclusifs peuvent être regroupées et mises à disposition pour les lignes de crédit et pour tout compte détenu dans la structure umbrella, y compris les comptes clients et les comptes de fonds. »

La suspension des paiements n’est prise en compte que lorsque la société pivot rompt son appui financier envers sa filiale. On peut dire que le système de cash pooling n’est plus suffisant dans ce cas, ce qui revient à laisser la filiale livrée à-elle-même qui résultera sur un redressement ou liquidation judiciaire.

Suivant ce principe, les preuves concrètes pour le groupe seront les conséquences des résultats après retraitements, et de leur impact sur le résultat centralisé.

Les transferts ne sont pas toujours évidents

Cash-pooling-législation-image

Une autre limite du cash pooling, est de pouvoir déterminer l’emplacement de la valeur financière générée et si elle peut être déplacée afin de réduire les frais financiers.

Prenant l’exemple d’une entreprise qui souhaite transférer des fonds à ses filiales, mais qui se voit refusée le transfert à cause de la législation propre au pays. Connue sous le nom de « cash trap », cette situation complique la gestion centralisée dont le but principal est de pallier aux frais financiers supplémentaires engendrés.

En matière de cash pooling les trésoriers et les dirigeants tentent de passer par la stratégie de netting entre les filiales, cela n’est ni adéquat ni propre aux bonnes affaires.

C’est pour cette raison, qu’il est recommandé de mettre au point des conventions avec les banques pour être aligné avec la législation.

Pour conclure, le cash pooling est une méthode définie dont la législation s’oppose à toute innovation rajoutée par les trésoriers d’entreprises, le non-respect de cet engagement peut engendrer des poursuites par l’administration fiscales et exposer le groupe et ses filiales à des sanctions considérables. En savoir plus sur daf-mag.

Les PME et le cash pooling

Cash-pooling-logo
Petites entreprises

Les PME peuvent-elles adopter une solution de cash pooling ?

Dans cet article, nous aborderons en profondeur les conditions pour la mise en place du cash pooling , considéré comme inadéquat pour les pme.

Comprendre ce que c’est le cash pooling.

Le cash pooling implique un aménagement administratif et technique.

Généralement, le cash pooling est souvent mentionné pour les grands groupes possédant plusieurs filiales. Pour cause, sa mise en place demande une expertise de conseil afin de définir sa portée qui regroupe toutes les filiales ou succursales dont on veut unifier les comptes bancaires.

Cependant, une obligation légale régit et oblige les groupes à mettre en place une convention entre toutes les filiales dont on cherche à centraliser les paiements.

Cette convention doit être approuvée entre les filiales et la société mère, et constitue la première étape de la mise en place du cash pooling. Dans celle-ci réside les conditions avec lesquelles on réalisera le regroupement des intérêts des entreprises. De plus elle contiendra des données précises sur son périmètre d’action.

Le périmètre peut être :

  • Domestique : dans le même pays, une entreprise dont les filiales se trouvent dans le même territoire.
  • Monétaire : dans une zone regroupant la même monnaie comme la zone euro.
  • Géographique : sur l’ensemble des zones contenant des filiales de la société mère.

Il est primordial lors de la rédaction et l’établissement de la convention de tenir en compte toutes les dispositions légales en matières de fiscalité, de droit de société et bancaire. Elle doit également prendre en considération le cadre légale propre aux pays dans lesquels se situent les filiales du groupe.

De plus, il est impératif d’ouvrir des comptes au nom de chaque filiale ou succursales, au sein des livres comptables de la société mère détenant le compte pivot.

L’ensemble de ces modalités ne sont pas accessibles pour toutes les entreprises, bien qu’elles soient représentantes du minimum requis. Elles semblent tellement faciles pour les grands groupes que contraignantes pour les PME.

Afin de compléter les barrières qu’on a mentionné, on peut rajouter les contraintes techniques pouvant bloquer la mise en place du cash pooling pour les PME.

C’est dans ce cadre que nous soulignons l’importance de la réalisation d’une étude pragmatique. Qui aura comme objectif d’organiser le bon suivi et de garantir la réussite du système.

Cette étude doit comporter deux problématiques :

La sécurisation des données et des paiements

cash-pooling

En matière de sécurité, le cash pooling oblige à prendre certaines mesures :

  • Sécuriser le stockage des données.
  • Sécuriser les protocoles de communication intra-groupe.
  • Veiller à la conformité des normes des procédures de trésorerie.
  • Veiller à la conformité de l’engagement des entités du groupe concernant les engagements pris par les filiales.

Au niveau organisationnel, il est obligatoire de définir la méthodologie de l’organisation du groupe :

  • Sélectionner les banques et les avantages et conditions qu’elles proposent.
  • Mettre en place un plan de l’ensemble des flux financiers de la trésorerie de la nouvelle organisation du groupe.
  • Détecter et évaluer les risques de la mise en place de cet outil.
  • Choisir la solution adéquate.
  • Établir le seuil d’autonomie des différentes filiales, pour la gestion de risques d’équilibrage de liquidités, de change, et d’intérêts.
  • Déterminer la préférence des banques à choisir en fonction des services proposés et de leurs pertinences par rapport à l’organisation de l’entreprise.
  • Prévoir également une formation pour les employés qui seront en charge d’appliquer cette solution.

L’ensemble des critères énumérés ne constituent que les conditions minimum à prendre en compte, et peuvent être variés ou complétés en fonction de chaque structure.

Les limites du cash pooling

  • Le ralentissement du système. La mise en place du cash pooling demande une réorganisation de l’ensemble du système de la trésorerie du groupe. C’est le point redouté par les PME.
  • Des coûts considérables en temps et en argent, ses coûts englobent la formation du personnel et l’achat des outils de travail et la restructuration de l’organisation des systèmes des filiales du groupe.
  • Le cash pooling implique certaines difficultés comme le contact, le choix et la négociation avec les banques.
  • Les contraintes imposées lors de l’installation du cash pooling, montrent que son utilisation est plus adéquate pour les grands groupes avec de nombreuses filiales, dont la présence n’est pas seulement dans leur territoire national mais implantés dans différents pays.

Ces derniers, dont les besoins pour cette solution ne sont plus à démontrés dans l’organisation de leur trésorerie dispersée dans différents pays. Plus encore ils reçoivent des traitements privilégiés de la part de leurs banques en raison des flux importants engendrés par les groupes, qui leurs donnent droit à des avantages considérables et à des arrangements négociés.

Dans le contexte actuel les banques prennent de plus en plus au sérieux le potentiel des PME sur le marché et leur besoin de regrouper les données de leur trésorerie. C’est dans cette perspective que les banques ont développé des offres adaptées aux PME.

Quels avantages engendrés par le cash pooling pour les PME ?

Cashpoole

Si on se réfère aux caractéristiques des PME, on en déduit que le cash pooling est adressé principalement ou uniquement aux grands groupes. Alors que les PME peuvent bien choisir de mettre en œuvre ce système à condition de remplir certains critères qui appuient cette décision.

Cependant, il faut analyser d’une manière pragmatique la cohérence du projet avec les besoins de l’entreprise. En premier lieu l’analyse portera sur la valeur ajoutée entre le coût de la mise en place du système et sa rentabilité.

Cette approche met en avant, toute la dextérité requise lors de l’adoption de cette méthode. Notons que les avantages de cette utilisation sont difficiles à percevoir pour les PME.

Avoir plusieurs filiales n’est pas la seule condition à remplir pour les PME

Cashpooling

Avant de se lancer sur un projet de cette envergure, il faudra trouver une cohésion entre l’organisation, le système et l’environnement de l’entreprise. D’où on peut conclure que pour une PME qui a une gestion de trésorerie déjà regroupée et qui accorde peu d’autonomie voir aucune, n’a pas d’intérêt à mettre en place du cash pooling contrairement à une entreprise dont les filiales sont dispersées et disposent d’une forte autonomie.

Nous vous conseillons de bien analyser vos besoins et d’étudier minutieusement votre organisation, afin d’éviter tout changement brusque qui peut engendrer des impacts négatifs dans l’organisation de votre entreprise, à cela on peut rajouter les prix des solutions qui sont chères.

Néanmoins, pour les plus avisés nous recommandons de prendre en considération tous les aspects de votre gestion de trésorerie et d’évaluer le réel apport de ce système pour votre entreprise. Si vous êtes dirigeant de PME, nous vous invitons à trouver la solution adéquate pour votre entreprise. 

Pour conclure en quelques lignes

Le cash pooling est adéquat pour votre PME si :

  • Vous avez plusieurs filiales dispersées : dans ce cas, il est difficile pour votre entreprise d’avoir une vision claire et simplifiée de l’ensemble des flux financiers qui régissent votre activité à moins d’adopter la solution du cash pooling.
  • Vos filiales ont une autonomie faible : une autonomie faible implique une dépendance envers l’entreprise mère qui pourrait faciliter la gestion de ses filiales à travers le cash pooling.
  • Certaines de vos filiales se retrouvent régulièrement en manque de liquidité ou des excédents de trésorerie : sans doute la plus avantageuse des situations, où l’on pourrait utiliser le cash pooling pour pallier aux problèmes de dépenses de frais financiers supplémentaires via l’équilibrage des excédents avec les besoins de liquidités.
  • Vos filiales se trouvent dans une zone dont la monnaie n’est pas unifiée : vos filiales ont des variations de taux de change qui font réduire les gains du groupe, c’est dans cette perspective que l’organisation de la compensation des gains avec les pertes de changes sont très utiles. Découvrez comment remonter le cash de filiales étrangères.

Une vidéo faite par 4 conseillers de différents pays travaillant pour le cabinet de conseil « Deloitte ».

Article sur les différents « progiciel de gestion de trésorerie » :